climat,  eau,  économie,  Homme

Changement climatique et Hausse de la Démographie vont accroître les Inondations aux USA

Le coût des dégâts liés aux inondations pourrait augmenter de 25 % aux États-Unis d’ici 2050 sous l’effet du changement climatique et de l’installation de populations dans des zones à risques toujours plus étendues, selon une étude publiée lundi dans Nature Climate Change.

De 32 milliards de dollars par an actuellement, ces pertes devraient atteindre 40,6 milliards (hors inflation) en 2050, calculent les chercheurs, en se basant sur des données d’évaluation des biens, de démographie et des projections des risques d’inondation prenant en compte les effets de la hausse du niveau de la mer et des cyclones tropicaux.

Les changements démographiques feront également croître les risques, avec l’installation de populations dans des zones nouvellement menacées.

Les communautés afro-américaines des côtes de l’Atlantique et du golfe du Mexique verront leur exposition augmenter. Les communautés actuellement les plus menacées regroupent majoritairement des populations pauvres blanches.

« Le changement climatique et les mouvements de population aboutissent à un coup double aux répercussions faramineuses pour le danger d’inondation », insiste Oliver Wing, de l’université anglaise de Bath, auteur principal de l’étude.

cliquez sur le logo de Boursorama ci-dessus pour obtenir plus d’informations

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Climate Change, le changement climatique est en passe d’augmenter le coût annuel des dommages causés par les inondations aux États-Unis de plus de 25 % d’ici 2050. Les communautés défavorisées supporteront probablement le poids du fardeau financier.

L’étude a utilisé de nouveaux modèles d’inondation pour cartographier l’impact présent et futur de l’élévation du niveau de la mer, des cyclones tropicaux et des conditions météorologiques changeantes.

Les pertes comprennent la destruction qui devrait frapper les maisons et les entreprises. Les chercheurs ont averti qu’encore plus de personnes devraient se déplacer dans des zones à risque croissant d’inondation.

Les cartes montrent que les dommages causés par les inondations devraient augmenter le long des côtes américaines au cours des prochaines décennies en particulier. En effet, l’augmentation de l’intensité des ouragans pourrait entraîner une augmentation de l’exposition aux inondations à mesure que le climat se réchauffe – alors que les vagues de tempête s’ajoutent à la montée déjà élevée du niveau de la mer, selon les auteurs. Ils notent également que la densité de population sur les côtes est élevée.

« Le changement climatique combiné aux déplacements de population présente un double danger de risque d’inondation et les implications financières sont stupéfiantes », a déclaré l’auteur principal Oliver Wing de l’Institut Cabot pour l’environnement de l’Université de Bath. Wing a déclaré que les résultats devraient être un appel à l’action à la fois pour une réduction des émissions et des efforts d’adaptation à l’accélération des risques climatiques « afin de réduire l’impact financier dévastateur des inondations sur la vie des gens ».

Les chercheurs ont utilisé des données sur les actifs immobiliers à l’échelle nationale, des informations sur les communautés et des projections d’inondations pour estimer le risque d’inondation aux États-Unis.

L’étude a montré que les communautés économiquement plus faibles avec une population blanche proportionnellement plus importante sont actuellement confrontées aux pertes les plus importantes.

Mais la croissance future du risque d’inondation devrait avoir un impact plus important sur les communautés afro-américaines des côtes de l’Atlantique et du Golfe. « La cartographie indique clairement que les communautés noires seront affectées de manière disproportionnée dans un monde qui se réchauffe, en plus des communautés blanches les plus pauvres qui supportent principalement le risque historique », a déclaré Wing.

Les pertes annuelles moyennes dues aux inondations devraient augmenter de 26,4 %, passant de 32 milliards de dollars actuellement à 40,6 milliards de dollars en 2050, sur la base des valeurs en dollars américains de 2021.

Les chercheurs ont déclaré que ces chiffres sont « essentiellement verrouillés sur le plan climatique », ce qui signifie que même si les émissions chutent de façon spectaculaire, elles seraient toujours les mêmes.

Ils ont également averti que l’expansion de la population aux États-Unis augmenterait également considérablement le risque d’inondation, éclipsant même l’impact du changement climatique.

Alors que les inondations devraient s’intensifier dans les zones où les populations augmentent également, les chercheurs ont déclaré que l’exposition annuelle moyenne de la population américaine aux inondations devrait atteindre plus de 7 millions de personnes d’ici 2050, soit une augmentation de 97 % par rapport aux niveaux actuels.

Il a déclaré que les augmentations de l’exposition au climat étaient particulièrement concentrées le long de la côte Est des États-Unis, les résidents actuels du Texas et de la Floride voyant une augmentation d’environ 50 % de l’exposition aux inondations d’ici 2050.

En termes de risque accru d’inondation dû à la croissance démographique, les chercheurs ont souligné l’intensification du développement sur les plaines inondables existantes, qui, selon eux, était « relativement grave dans les états actuellement peu peuplés du centre des Prairies et du Grand Sud ».

L’étude indique que même les développements actuellement considérés comme à faible risque pourraient se situer dans des zones susceptibles de connaître un risque d’inondation accru au cours des prochaines décennies.

« Le risque d’inondation actuel dans la société occidentale est déjà inacceptablement élevé, mais les changements climatiques et démographiques menacent de gonfler ces pertes de manière significative », a déclaré le co-auteur Paul Bates, professeur d’hydrologie à l’Institut Cabot pour l’environnement.

« Les délais relativement courts sur lesquels cette augmentation aura lieu signifient que nous ne pouvons pas compter sur la décarbonation pour réduire le risque, nous devons donc mieux nous adapter, à la fois à la situation actuelle et à l’avenir. »

cliquez sur le logo de Nature ci-dessus pour accéder à l’étude