pollution

Le Cocktail « Plastique + Produits chimiques » tue la Planète

Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs a évalué l’impact sur la stabilité du système Terre du cocktail de produits chimiques synthétiques et d’autres nouvelles entités inondant l’environnement.

Les 14 scientifiques concluent dans la revue scientifique Environmental Science and Technology que l’humanité a dépassé une limite planétaire liée aux polluants environnementaux dont les plastiques.

« La production de produits chimiques a été multipliée par 50 depuis 1950. Elle devrait encore tripler d’ici 2050 », déclare la co-auteur Patricia Villarubia-Gómez du Stockholm Resilience Centre.

La production de plastique à elle seule a augmenté de 79 % entre 2000 et 2015, rapporte l’équipe.

« Le rythme auquel les sociétés produisent et libèrent de nouveaux produits chimiques et d’autres nouvelles entités dans l’environnement n’est pas compatible avec le fait de rester dans un espace d’exploitation sûr pour l’humanité. »

cliquez sur le logo d’ACS Publications ci-dessus pour accéder à l’étude

La notion scientifique de « limite planétaire » a été créée en 2009 (voir article de Nature) et a été portée par le Stockholm Resilience Center. Elle a ensuite été reprise par l’ONU et la Commission européenne. Au total, neuf « limites planétaires » ont été définies par l’institution suédoise :
• le changement climatique,
• l’érosion de la biodiversité,
• la perturbation des cycles biogéochimiques de l’azote et du phosphore,
• les changements d’utilisation des sols,
• l’acidification des océans,
• l’utilisation mondiale de l’eau,
• l’appauvrissement de l’ozone stratosphérique,
• l’augmentation des aérosols dans l’atmosphère,
• l’introduction d’entités nouvelles dans la biosphère.
Franchir une des limites planétaires induit un changement d’état de l’écosystème planétaire, état très certainement moins adapté à la vie humaine, voire à la vie tout court.

Vidéo pédagogique de France Info sur la question des 9 limites planétaires :

Les nouvelles entités dans le cadre des frontières planétaires dont il est ici question font référence aux entités qui sont nouvelles au sens géologique. Ce sont des éléments produits par l’Homme, qui n’existent pas à l’état naturel, et qui pourraient avoir des impacts à grande échelle, en menaçant l’intégrité des processus du système terrestre. Ainsi, la pollution plastique, par exemple.

Il existe environ 350 000 types différents de produits chimiques manufacturés sur le marché mondial. La vitesse à laquelle ces polluants apparaissent dans l’environnement dépasse de loin la capacité des gouvernements et/ou des organismes indépendants, à en évaluer les risques mondiaux et régionaux, sans parler d’en contrôler les potentiels problèmes.